La kora - présentation : les pionniers

 
 

English  

 
    extrait de : Les musiciens du beat africain, Les Compacts, Bordas, Paris, 1993 [bibliographie]

Sambou, griot malinké - La plus ancienne représentation du simbing - © BNF / Gallica

La civilisation gabunkée est caractérisée par la kora (des Socés du Gabu), née du bolombata (harpe malinkée à trois cordes) et du singbing (guitare mandingue de 3 à 7 cordes). La kora (harpe à 21 cordes) joue au Gabu le même rôle que le balafon (xylophone) et le konin (guitare de quatre à sept cordes) dans le reste du Mandingue.

 

Accompagné de la kora, le griot raconte par le chant l'histoire de son peuple : ainsi la plupart des airs célèbres sont rattachés à cette province mandingue («CeddoCe chant (Kedo) fut composé vers 1865 à la suite de la guerre des Peulhs musulmans («Fula») contre le royaume païen de N'Kaabu... Lire la suite. » traduit le conflit entre le Gabu et le Futa, « Turuba » est le récit de la bataille de Kansala qui aboutit à la victoire des Peuls et à la destruction totale de cette capitale du Gabu).

 

Le répertoire musical gabunké est très riche et certains de ses rythmes, le sahourouba et le djembeseng joués avec des tambours sont devenus des classiques. Du Gabu, la kora a gagné le reste du Mandingue et de grands artistes l'ont popularisée par leur dextérité : Sidiki DiabatéAprès la 2ème guerre mondiale, la kora fut popularisée au Mali, et dans l'ensemble du monde, par Sidiki Diabaté et Jeli Madi Sissoko... Lire la suite. et Batourou Sékou Batrou Sekou Kouyaté fut un très grand korafolà du Mali... Lire la suite. (Mali), Nago Guèye et Soundiouji CissokhoNé en 1921 à Ziguinchor en Casamance, Kémokho Kandara Bamody Cissokho dit « Soundioulou » Cissokho était le fils du virtuose korafolá, Kimintang Cissokho dit « Bah Djaly », célèbre jéli  du roi Abdou Ndiaye, et de Caroline Da Silva, descendante d'un roi et d'une princesse de Guinée-Bissau... Lire la suite. (Sénégal), Wandifeng Diabaté, Lalo Keba DrameLalo Keba Dramé, né en Gambie, fut un korafolá très célèbre en son temps, admiré par tous les grands de son monde (même la reine d'Angleterre !... Lire la suite., Djali Nyama Suso (Gambie).

 

Depuis le festival des Arts de Dakar, en 1966, et le Congrès des Civilisations Mandingues à Londres, en 1973, la kora est devenue l'un des instruments de musique le plus apprécié. Par la suite, des artistes l'ont adaptée à la musique moderne ou transposée aux claviers, la faisant connaître au niveau international (Lamine Konté, Mory KantéOn ne présente plus Mory Kanté, le « griot électrique » à l'immense renommée internationale, d'origine guinéenne. Révélé au grand public par son tube planétaire Yéké-Yéké... Lire la suite., Seckou Sacko, Foday Musa Suso).

 
source : © Nago Seck & Sylvie Clerfeuille, Les musiciens du beat africain, Bordas, Paris, 1993 [bibliographie]
 

[retour] [suite]

 
 

[Précédent] [Accueil] LNB [Recherche]

 

Introducing the kora : the pioneers

 

Français 

 
   
quoted from : The musicians of the African beat, Compacts, Bordas, Paris, 1993 - translated by LNB - 2003
 

G

Sambou, griot malinké - [Oldest representation of the - © BNF] simbing - © BNF / Gallica

abunkee civilization is characterised by the kora (of Soces people from Gabu), created from bolombata (mandinka harp three stringed) and the singbing (manding guitar with 3 to 7 strings ). The kora (harp with 21 strings) is playing in Gabu the same role as the balaphon (xylophon) et the konin ( old lute with 4 to 7 strings) in the all the Manding countries. While playing the kora, the jèlí jèlílu (plural, jèlílu) are bards, loremasters, and praise-singers in the Manding areas whose functions are story-telling, speaking about lineages, singing and playing music as they want and hear it. tells by singing the history of his people : thus, most of the famous tunes are related to that part of Manding (like « Ceddo » telling about the war beetween Gabu and Futa, « Turuba » is the story of the battle of Kansala which led to the victory of Fula people and entire destruction of the capital of Gabu).

 

The gabunke repertoire is very rich and some of its rythms, like sahourouba and djembeseng played with drums became traditionnal standards. From Gabu, playing of kora has extended to all Manding countries and greats artists popularized it by their skills like : Sidiki Diabate and Batrou Sekou (Mali), Nago Gueye and Soundjouli Cissokho (Senegal), Wandifeng Diabate, Lalo Keba Drame, Djali Nyama Suso (Gambia).

 

Since the Arts of Dakar festival, in 1966, and the Congress of Manding Civilizations (London) in 1973, the kora became one of the musical instruments most appreciated. Thereafter, many artists adapted it to modern music or transposed it to keyboards, making it famous at the international level (Lamine Konte, Mory Kante, Seckou Sacko, Foday Musa Suso).

 
source : © Nago Seck & Sylvie Clerfeuille, Les musiciens du beat africain, Bordas, Paris, 1993
 

 [Previous] [Home] [Search]