Discographie de Lamine Konté

 

English 

 
   

dot Lamine Konté appartint à la génération des korafoláluUn korafolà est un joueur de kora en Mandinka (qui fait parler la kora) - korafolàlù, au pluriel. pionniers qui, en travaillant avec des artistes modernes, firent connaître la kora au niveau international.

 

dot Enfant de cette terre du Gabu (ancien royaume) qui accueillit la kora, Lamine Konté grandit dans un micro conservatoire familial de griots socés à Kolda ; son père, Dialy Kéba Konté, est un célèbre korafoláUn korafolà est un joueur de kora en Mandinka (qui fait parler la kora) - korafolàlù, au pluriel. et sa mère, une grande diva de la chanson. Très jeune, son oncle Soundioulou CissokhoNé en 1921 à Ziguinchor en Casamance, Kémokho Kandara Bamody Cissokho dit « Soundioulou » Cissokho était le fils du virtuose korafolá, Kimintang Cissokho dit « Bah Djaly », célèbre jéli  du roi Abdou Ndiaye, et de Caroline Da Silva, descendante d'un roi et d'une princesse de Guinée-Bissau... Lire la suite. l'initie à la kora et à la guitare. A douze ans, il maîtrise déjà les techniques de cet « instrument magnifique ». En 1960, à tout juste quinze ans, il s'installe à Dakar chez un autre oncle, Nago Guèye (Sissokho), premier korafoláUn korafolà est un joueur de kora en Mandinka (qui fait parler la kora) - korafolàlù, au pluriel. virtuose à faire une tournée internationale en 1930 (France, Angleterre, Brésil, Uruguay, Argentine).

 

dot « J'ai vécu la musique avant de la faire » aimait à dire Lamine Konté qui s'émancipe pourtant de son milieu traditionnel en entrant quatre ans plus tard, à l'Ecole des Arts de Dakar, successivement dans les sections d'art dramatique et de musique, apprenant le solfège. « Je suis griot parce que je défends nos valeurs culturelles et traditionnelles. Je suis une mémoire et je me dois de respecter et de défendre la culture orale. Mais je suis aussi musicien dans la mesure où je tente de casser le carcan de la musique griotique. » Passionné par plusieurs formes de musiques (traditionnelle africaine, classique et contemporaine occidentales), Lamine Konté fait ses débuts de musicien en 1966 au Festival Mondial des Arts Nègres de Dakar.

 

dot En 1971, le jeune korafoláUn korafolà est un joueur de kora en Mandinka (qui fait parler la kora) - korafolàlù, au pluriel. s'installe à Paris, une étape clé de sa carrière et de sa création. « De loin, on voit son pays avec plus de profondeur, de nostalgie. La césure renforce les sentiments qu'on éprouve. » Dans la capitale française, il sort ses deux premiers albums internationaux, La kora du Sénégal (vol 1 et 2), une réussite d'harmonie et de dextérité mariant avec grâce airs socés, mbalax, afro-cubain, jazz, soul et rhythm'n blues, avec des chants en socé, en français et en créole portugais. C'est immédiatement le succès, notamment dans les milieux intellectuels afro-antillais et français. Son adaptation de l'air folklorique « Malon » est aussitôt choisie comme générique du journal parlé de la jeune Radiodiffusion Nationale du Sénégal. Suit Chant du Nègre, chant du monde composé de poèmes africains, antillais et américains car la force et l'originalité de Lamine Konté est d'avoir adapter la kora en lui faisant accompagner des textes de poètes contemporains, devenant ainsi le précurseur de ce qu'on appelle maintenant le « slam ». Sur les écrits des chantres de la littérature négro-africaine comme Aimé Césaire, Bernard Dadié, Birago Diop, Léon Gontran Damas et Léopold Sédar Senghor qu'il rencontrera à l'hôtel de ville de Brest en France, il crée « un accompagnement musical qui enveloppe les chants, les annonce, les prolonge, les soutient et en accentue les reliefs ».

 

dot Ainsi, Lamine Konté a beaucoup travaillé pour le cinéma en composant des musiques de film. De ses musiques de film (Bako l'autre Rive de Jacques Champreux, Du Sénégal aux Amériques de Jean Mazel, Baara de Souleymane Cissé), on retiendra sa collaboration avec Stevie Wonder sur Journey through the  secret life of plants, qui chante en bambara dans ce double album sorti en 1979.

 

dot Il a réalisé de nombreux de disques qui ont fait date et bon nombre de ses compositions sont aujourd'hui des standards du répertoire classique mandingue.

 

dot Lamine Konté est décédé le 29 septembre 2007.

 
sources : Nago Seck, sur Afrisson 2008 : http://www.afrisson.com
 
  Lamine Konte, Songs of the griots, © 1986 JVC, VICG-5008 
  Lamine Konte, La kora du Sénégal, vol. 1 1987
  Lamine Konte, La kora du Sénégal, vol. 2 1987
  Lamine Konte, Griot legend 1999
 
 
 
 
1. Sidi Yela
2. DiandioungLa légende veut que Janjon ait été le (sur)nom d'un sorcier-chaman aux pouvoirs surnaturels particuliers aux tout premiers temps du Manding... Lire la suite.
3. Massina
4. Signaro
5. DiakhaDiakha est un chant consacré à la ville sainte du même nom fondée au début du XVe siècle par El Hadj Salim Souare (Suware), dit Diakha Laye ou Mbemba Laye... Lire la suite.
6. Kana Kumbo
7. Nite Kelefe

 

 
 
1. Lale Kouma
2. Fodeba
3. Nagnol
4. Malon
5. Gna Terra
6. Kotoba
7. Coumpo
8. KairabaCe chant populaire date du XXe siècle. Le nom de « Kaira » même signifie « bonheur » et fut employé comme nom propre. Il a longtemps été associé au Mali au nom de Sidiki Diabaté, célèbre korafola...Lire la suite.
9. Dunya
10. KoulandianKulandjan est un chant fondateur très célèbre du Manding, du Mali en particulier... Lire la suite.
11. Koumbou SoraSoutoukoun est un chant consacré à hameau forestier et centré en particulier sur la figure d'un marabout érudit, fort célèbre au début du XIX° siècle, nommé Koumbou Sora (Sola)... Lire la suite.
12. N'Teri(N)Teri Jato est un chant populaire de Gambie qui célèbre l'amitié et l'hospitalité ... Lire la suite.
13. Abaraka
14. M'Ba
15. Telephonista
16. Afrikavalse
17. Foday KabaCe chant est dédié à Foday Kaba Doumbouya (1818-1901), marabout diakhanké... Lire la suite.
18. Mousso
 
 
 
1. Africa
2. DiarabiDiarabi parle des liens passionnels entre les personnes ; le thème de cette chanson est presque toujours l'amour ou une amitié profonde basée sur une grande admiration réciproque... En savoir plus (Chant D'Amour Malinke)
3. Mama Tamba
4. Dioula« Jula Jekereh » raconte l'aventure d'un riche commerçant, Jekereh Bayo. Au XIX° siècle dans la région du Manda (sud-est de la Gambie), Jekereh Bayo dit aussi « Jula Jekereh » eut l'idée extravagante, pour mieux étaler sa richesse, de célébrer la Tabaski, 10 jours plus tard que la coutume et de manière particulière... Lire la suite. (Air De La Casamance)
5. Yobalema
6. Domba
7. Yasso
8. Casa Di Mansa
9. Negritude
10. Femme Noire
11. Etait-Ce Une Nuit Maghrebine
12. La Legende Baoule
13. Hoquet
14. A New York
 
 
 
1. Ode to African Continent on Salya
2. Alpha Ya YaCe chant est dédié à Alfa Yaya Diallo, célèbre roi des Peulhs du Fouta (Guinée) à la fin du XIX° siècle... En savoir plus.
3. Fode KabaCe chant est dédié à Foday Kaba Doumbouya (1818-1901), marabout diakhanké... Lire la suite.
4. SoundjataSundjata est le chant le plus célèbre de la tradition mandingue. On connaît cet air aussi sous le titre de L' Hymne à l'Arc ou encore Simbo. Sundjata est le chant tiré du panégyrique Sundjata [faassa] consacré au fondateur de l'Empire du Manden... Lire la suite.
5. Négritude
6. Femme Noire
7. Ode aux Tirailleux
8. Souffle
9. J'Aime
10. Légende de Baulé
11. Mama Tamba
12. KumbusoraSoutoukoun est un chant consacré à hameau forestier et centré en particulier sur la figure d'un marabout érudit, fort célèbre au début du XIX° siècle, nommé Koumbou Sora (Sola)... Lire la suite.
13. Manssana CisseCet air est un chant éponyme. Il a pour sujet principal un certain Massana (littéralement «grand seigneur») Cissé... Lire la suite.
14. Ba Toto
15. Casa Savy
16. Casamance
 
 
[retour]
 
 

[Précédent] [Accueil © LNB  [Recherche]

 

Discography of Lamine Konte

 
 

Français 

 
 
   

dot Lamine Konte, son of Dialy Keba Konté, famous korafolá A korafolá is a kora player in mandinka (who is able to make the kora talk) - korafolálu, plural.  from Kolda (Casamance), belonged to the generation of pioneers among West African traditional musicians who first collaborated with modern artists and made kora famous all around the world.

 

dot Lamine Konte has worked many times for cinema by composing movies soundtracks. In his soundtracks movies, one should listen to Bako l'autre Rive by Jacques Champreux, Du Sénégal aux Amériques by Jean Mazel, Baara by Souleymane Cissé), an, of course his collaboration with Stevie Wonder on Journey through the  secret life of plants, who sings in bambara in this double album released en 1979.

 

dot He made many records that have been historically important and most of his compositions are today standards belonging to classical Manding folksongs repertoire.

 

dot Lamine Konte has passed away September 29, 2007.

 
  Lamine Konte, Songs of the griots, © 1986 JVC
  Lamine Konte, La kora du Sénégal, vol. 1 1987
  Lamine Konte, La kora du Sénégal, vol. 2 1987
  Lamine Konte, Griot legend 1999
 
[back]  
 

 [Previous] [Home] [Search]