SUTUKUN

English 

 
Autres graphies rencontrées : Souto(u)koun -Kumbu Sora - Kumbu Sola - Tama
 
Type d'interprétation et d'accordature spécifique sur la kora :
 
Cet air se joue généralement en Sila BaEn savoir plus sur l'accordature Silaba... ou en Tomora MesengEn savoir plus sur l'accordature Tomora Meseng... 
 

dot « Soutoukoun » est un chant consacré à hameau forestier et centré en particulier sur la figure d'un marabout érudit, fort célèbre du XIX° siècle, nommé Koumbousora, qui y vivait, dans le royaume du Gabou, à la frontière aujourd'hui entre la Gambie et la Guinée Bissau, dans la province de Jara. Une communauté de sages et d'érudits se forma dans ce hameau par la suite.

 

dot Ayant des dons de thaumaturge (dons de guérisseur) et une profonde connaissance du Coran, Koumbousora était très visité. Le chant célèbre aussi sa grande richesse matérielle et sa générosité.

 

dot La tradition veut que le griot qui chante cet air évoque un voyage (imaginaire, spirituel) en cette cité merveilleuse, disparue aujourd'hui, pour y obtenir la bénédiction des sages et à la fin du chant, il doit évoquer la présence d'un léopard (« Solo »), figure du danger qui menace quiconque veut apprendre plus qu'il ne doit.

 

Mais une autre interprétation de ce mot est donnée par Susan Gunn Pevar sur les indications de Dembo KontehDembo Konteh est un griot et korafolá de Brikama (Gambie). Il vient d'une famille de griots qui a donné des korafolálu les plus renommés au monde. Avec Kausu Kuyateh, il allait créer un des plus célèbre duos korafolálu... Lire la suite. dans le livret du disque Gambian Griot Kora Duets, © LP 1979 Folkways Records FW8514 ; pour eux, « Solo » était le surnom de Ibrahima Jaju, un fonctionnaire des douanes, qui vivait dans le village de Kombo Katong et pour lequel Alhaji Bai Konteh adapta le chant « Soutoukoun » ; ce serait donc depuis l'interprétation d'Alhaji Bai Konteh que les vers évoquant « Solo » figurent dans le chant.

 

dot Aujourd'hui, Sutukun désigne un village d'environ 1500 habitants, situé dans la province de Mansakonko, près de Baro Kunda (en Gambie).

 

dot Plus généralement, ce chant est chanté par les griots qui veulent rendre compte de la valeur irremplaçable de l'expérience acquise par le voyage. Montaigne disait pareillement : « Il se tire une merveilleuse clarté, pour le jugement humain, de la fréquentation du monde. » (Les Essais, I, XXV).

 

dot Interprètes célèbres du chant :

 
  Lalo Keba Drame, Lalo Keba et sa coraLalo Keba Dramé, né en Gambie, fut un korafolá très célèbre en son temps, admiré par tous les grands de son monde (même la reine d'Angleterre !... Lire la suite. © LP, NDARDISC, 1967
  Alhaji Bai KonteAlhaji Bai Konté fut un korafolá très célèbre en Gambie, à l'instar de Jali Nyama Suso, quoique moins populaire et moins connu à l'étranger. Son héritage n'en demeure pas moins immense car il fut l'initiateur d'un nouveau style de jeu à la kora, en Gambie, le style yeyengo... Lire la suite., Dembo KontehDembo Konteh est un griot et korafolá de Brikama (Gambie). Il vient d'une famille de griots qui a donné des korafolálu les plus renommés au monde. Assez tôt, Dembo Konteh s'est associé à d'autres virtuoses korafolálu pour enregistrer les standards classiques de la kora mandingue comme Malamine Jobarteh et Kausu Kuyateh... Lire la suite & Malamine Jobarteh, Gambian Griot Kora Duets, © LP 1979 Folkways Records FW8514
  MBady Kouyate, Soutoukoun © 1997, Indigo / Label Bleu LBLC 2554
  Vieux Diop, Via Jo © 1999 - releas. 1995 Triloka Records - TR 8029-2
  Mamadou DiabateTungaMamadou Diabate est un très grand korafolá connu dans le monde entier. Il est le fils de l'illustre korafolá, Djelimory Diabate, connu sous le nom de Nfa Diabate qui joua dans le célèbre Ensemble National Instrumental du Mali aux côtés de Sidiki Diabate et Djeli Madi Sissoko... Lire la suite. © 2000 Label : ALULA Records
 
 

 Vieux Diop, Via JoVieux Diop (Alioune Diop) est un korafolá sénégalais, assez connu dans le monde de la musique sénégalais mais encore peu sur la scène internationale ; il a accompagné Youssou N'Dour et son groupe (Diamono) à ses origines puis il a tenté sa chance aux États-Unis à partir du début des années 80... Lire la suite., Sutukun - © 1999 - releas. 1995 Triloka Records - TR 8029-2

 
[retour
 
 

[Précédent] [Accueil] LNB [Recherche]

 

Art of jeli | History  | Teachers | Kora | Bibliography | Songs | Discography | Musics | Cultures

 

SUTUKUN

Français 

 
 
Others writings : Souto(u)koun - Kumbusora - Kumbu Sola - Tama
 
Way of playing and specific tuning : Sila BaMore about Silaba scale  or Tomora Meseng More about Tomora Meseng scale
 

dot «Soutoukoun» is a praising song dedicated to a forest village and particularly focused on the figure of a marabout, very famous in the XIXth century, named Koumbousora (sola), who lived alone, in the Gabu kingdom, today near Gambia and Guinea Bissau, in the county of Jara.

 

dot Because of his healing gifts and his deep knowledge of Coran, Koumbousora was very much appreciated.

 

dot The jèlílua jèlí (plural, jèlílu) is a bard, loremaster, and praise-singer in the Manding areas whose functions are story-telling, speaking about lineages, singing and playing music as he want and hear it... Read more. use to sing that tune when they want to tell about a voyage (imaginary, spiritual) in that marvellous city, disappeared today, looking for blessings of wise man and at the end of the song, they use to tell about a leopard («Solo»), figure of the danger which threatens whoever wants to learn more that he should.

But another interpretation of that word is given by Susan Gunn Pevar following the indications of Dembo Konteh in the liner notes of CD Gambian Griot Kora Duets, © LP 1979 Folkways Records FW8514 ; for them, «Solo» was the nickname of Ibrahima Jaju, a customs official, who lived in the village of Kombo Katong and for which Alhaji Bai Konteh adapted the song «Soutoukoun» ; since that time, for the interpretation of Alhaji Bai Konteh, the verses referring to the «Solo» had been integrated in the song.

 

dot Today, Sutukun is a village of 1500 dwellers, in the province of Mansakonko, near Baro Kunda (Gambia).

 

dot More generally, that song is sung by jèlílua jèlí (plural, jèlílu) is a bard, loremaster, and praise-singer in the Manding areas whose functions are story-telling, speaking about lineages, singing and playing music as he want and hear it... Read more. who want to give an account of the irreplaceable value of the experience gained by travelling. Montaigne said so : « You take a wonderful knowledge, for the human judgement, by touring all over the world. » (Essais, I, XXV).

 

dot Famous performers of the song :

 
    Lalo Keba Drame, Lalo Keba et sa coraLalo Keba Drame, born in Gambia, was a famous korafolá, admired by all the Greatest (even the Queen of England !). He became famous for adaptating to kora the Djembeseng... Read more., LP, NDARDISC, 1967
    Alhaji Bai Konteh, Dembo Konteh & Malamine Jobarteh, Gambian Griot Kora Duets, © LP 1979 Folkways Records FW8514
    MBady Kouyate, Soutoukoun © 1997, Indigo / Label Bleu LBLC 2554
    Vieux Diop, Via Jo © 1999 - releas. 1995 Triloka Records - TR 8029-2
    Mamadou Diabate, TungaMamadou Diabate is a great korafolá world wide known. Mamadou's father Djelimory played kora, the griot's venerable 21-string harp... Read more. © 2000 Label : ALULA Records
 
[back
 

 [Previous] [Home] [Search]