Discographie de Balla et ses Balladins

 

English 

 
   

Balla et ses Balladins (également connu sous le nom Orchestre du Jardin de Guinée) était un orchestre guinéeen créé en 1964, selon Balla lui-même, qui fut actif pendant 20 ans et se produisit jusqu'en 1984. Il était dirigé par Balla Onivogui (1938 - le 15 mars 2011).

 

Né en 1938 à Macenta, une petite ville dans le sud-est de la Guinée, Balla Onivogui étudia la musique au Conservatoire National de Dakar (Sénégal) et fut recruté, peu après sa sortie, pour jouer dans les célébrations de l'indépendance de la Guinée en 1959. Il est rapidement devenu un membre de premier plan dans l'orchestre d'état, le Syli Orchestre National, chargé de travailler avec des groupes musicaux de toute la Guinée pour les former à jouer les musiques traditionnelles. Ainsi, l'orchestre Balla et ses Balladins fut créé en tant qu'unité privée, parallèle et rivale du Bembeya Jazz NationalLe Bembeya Jazz National fut un grand groupe mandingue très célèbre en Guinée et dans toute l'Afrique de l'Ouest. Légendaire ensemble, le Bembeya Jazz National fut créé sous l'autorité du premier président de la République de Guinée, Sékou Touré et enchanta la jeunesse guinéene à l'heure des Indépendances... Lire la suite., lui officiel, dans un but d'émulation musicale. Cet orchestre richement doté (la légende veut que Balla, partait régulièrement en mission en Europe pour rapporter pas moins d'une centaine d'instruments !) enchanta une grande partie des soirées de la discothèque « le Jardin de Guinée » de Conakry, dans laquelle ses membres rivalisaient de virtuosité.

 

source : Wikipedia - traduction LNB 2012

 
 
de gauche à droite, debout -
Bamba Kourouma (bass)
Abdou Camara (drums)
Pivi Moriba (trombone)
Balla Onivogui (trumpet)
Amadou Thiam (congas)
Fodé N'Diaye Soumah (tenor sax, flute)
Sankumba Diawara (guitar)
de gauche à droite, assis :
Manfila "Soba" Kanté (vocals)
Sekou Diabaté "Le docteur" (guitar)
source : http://www.radioafrica.com.au

C'est ainsi qu'au sein de l'orchestre de Balla et ses Balladins des personnalités aussi fortes que Sekou Bembeya Diabaté (lead guitar), Manfila Kanté  (lead guitar et chant), Kemo Kouyaté (rhythm guitar), Famoro Kouyaté (guitare basse) ont pu s'affirmer ; la fin de l'ère de gloire du Balla et ses Balladins coïncida avec le décès de Sekou Touré et la dissolution du label national Syliphone ; la plupart des membres du groupe tentèrent alors l'aventure en solo, chacun dans leur style.

 

« Il est impossible pour moi d'imaginer un meilleur orchestre électrique de danse en Afrique, ou ailleurs sur la Terre pour évoquer une ambiance de rythmes, que celui de Balla et ses Balladins ». Barry Eisenberg, Beat Magazine.

 

Voici enfin réédité un double CD (coédité avec Radio France Internationale) qui présente l'épopée de la bande à Balla avec un premier cd retraçant la période 1968-1972 avec les incontournables SaraÀ l'origine « Sara » était une histoire chantée. La chanson s'est détachée du récit ; elle est devenue une chanson pour amante fidèle. Ensuite, à partir de l'ambiguïté du terme « Sara » la chanson a encore évolué, car de nos jours, « Sara » glorifie l'homme qui honore son serment... Lire la suite. 70 et KaïraCe chant populaire date du XXe siècle. Le nom de « Kaira » même signifie « bonheur » et fut employé comme nom propre. Il a longtemps été associé au Mali au nom de Sidiki Diabaté, célèbre korafola...Lire la suite.. Le second CD présente la période 1972-1980 avec des chansons telles Bambo ou Paulette, des titres qui ont tant contribué à la (re)naissance culturelle de l'Afrique.

 
Jardin de Guinée : 1967, © 2006 réed. Stern's Music
  Balla & ses Baladins, The Syliphone Years: 1968-1980, © 2000 réed. Stern's Music
  Balla & ses Baladins, Objectif Perfection © 1993, réed. Stern's Music PAM/ADC
 
 
 
1. N'Na Soba
2. Conakry
3. Bandian« Bandian » est un chant éponyme, en forme d'hommage à la personnalité importante dans les années 40 en Guinée qu'était Bandian Sidibé. Bandian Sidibé (Sidimé) était un sculpteur émérite d'ivoire, commerçant prospère, et ami des jeunes et des griots... Lire la suite.
4. DiarabiDiarabi parle des liens passionnels entre les personnes ; le thème de cette chanson est presque toujours l'amour ou une amitié profonde basée sur une grande admiration réciproque... En savoir plus
5. Toure
6. Fruitaguinee
7. SoumbouyayaÀ l'origine, Soumbouyaya était un conte fantastique. Soumbouyaya était une figure mythique qui pouvait manger d'énormes quantités de nourriture devant son public. Le groupe de Balla et ses Balladins a popularisé ce chant sur les albums en l'interprétant de manière moderne et surtout en l'associant à l'action politique de Modibo Keita... Lire la suite.
8. Belebele
9. SalimouVers 1952, il y avait à Kankan un certain Salimoun, qui avait une passion incoercible pour le vin... Lire la suite.
10. KaïraCe chant populaire date du XXe siècle. Le nom de « Kaira » même signifie « bonheur » et fut employé comme nom propre. Il a longtemps été associé au Mali au nom de Sidiki Diabaté, célèbre korafola...Lire la suite.
11. J.R.D.A.
12. SakhodouSakhodougou est un chant que l'on date précisément dans l'Histoire. Il fut composé en 1880, lorsque les Malinkés coalisés chassèrent les Peulhs de Niagossola vers le Birgo... Lire la suite.
 
 

 

 

 

 

 
CD 1
1. N'na Soba
2. Bandian« Bandian » est un chant éponyme, en forme d'hommage à la personnalité importante dans les années 40 en Guinée qu'était Bandian Sidibé. Bandian Sidibé (Sidimé) était un sculpteur émérite d'ivoire, commerçant prospère, et ami des jeunes et des griots... Lire la suite.
3. Toure
4. Belebele
5. J.R.D.A
6. Yo Te Contres Maria
7. Bedianamo
8. SoumbouyayaÀ l'origine, Soumbouyaya était un conte fantastique. Soumbouyaya était une figure mythique qui pouvait manger d'énormes quantités de nourriture devant son public. Le groupe de Balla et ses Balladins a popularisé ce chant sur les albums en l'interprétant de manière moderne et surtout en l'associant à l'action politique de Modibo Keita... Lire la suite.
9. TaraTaara c'est l'air du départ (pour le pays des ancêtres), l'éloge funèbre par excellence. Chant très ancien, d'origine peuhle, composé sur le rythme du Yeela, Taara, anonyme à l'origine, fut renouvelé pour plusieurs hauts personnages de l'histoire des Peuhls et finit par rester attaché à la figure de Cheick Omar Tall dit El Hadj Omar... Lire la suite.
10. Limania
11. SaraÀ l'origine « Sara » était une histoire chantée. La chanson s'est détachée du récit ; elle est devenue une chanson pour amante fidèle. Ensuite, à partir de l'ambiguïté du terme « Sara » la chanson a encore évolué, car de nos jours, « Sara » glorifie l'homme qui honore son serment... Lire la suite. 70
12. Moi Ca Ma Fout
13. SakhodougouSakhodougou est un chant que l'on date précisément dans l'Histoire. Il fut composé en 1880, lorsque les Malinkés coalisés chassèrent les Peulhs de Niagossola vers le Birgo... Lire la suite.
14. KaïraCe chant populaire date du XXe siècle. Le nom de « Kaira » même signifie « bonheur » et fut employé comme nom propre. Il a longtemps été associé au Mali au nom de Sidiki Diabaté, célèbre korafola...Lire la suite.
15. Bi Diamana Moo
 
CD 2
1. Kogno Koura
2. Manta Lokoka
3. Yahadi Gere
4. Keba Mirima
5. Sankaran Ka
6. Ka Noutea
7. Ancien Combatant
8. Nyo
9. Wilikabo
10. Fadakudu
11. Lumumba
12. Bambo
13. Paulette
 
 
 
1. Bambo
2. Soufougne
3. Paulette
4. Assa
5. Keme BouremaKeme Bourema évoque Fabou Daboloba Touré dit Kemè Bourema, (contraction de «Ibrahima»), le frère cadet de Samory Touré... Lire la suite.
6. SaraÀ l'origine « Sara » était une histoire chantée. La chanson s'est détachée du récit ; elle est devenue une chanson pour amante fidèle. Ensuite, à partir de l'ambiguïté du terme « Sara » la chanson a encore évolué, car de nos jours, « Sara » glorifie l'homme qui honore son serment... Lire la suite. 70
7. SaraÀ l'origine « Sara » était une histoire chantée. La chanson s'est détachée du récit ; elle est devenue une chanson pour amante fidèle. Ensuite, à partir de l'ambiguïté du terme « Sara » la chanson a encore évolué, car de nos jours, « Sara » glorifie l'homme qui honore son serment... Lire la suite. 70
8. Sakho DuguSakhodougou est un chant que l'on date précisément dans l'Histoire. Il fut composé en 1880, lorsque les Malinkés coalisés chassèrent les Peulhs de Niagossola vers le Birgo... Lire la suite.
9. Moi, Je Suis Decourage
10. Reminiscin' With Slp
11. Reminiscin' With Balla
 
 

Sakho DuguSakhodougou est un chant que l'on date précisément dans l'Histoire. Il fut composé en 1880, lorsque les Malinkés coalisés chassèrent les Peulhs de Niagossola vers le Birgo... Lire la suite.

Guinea's premier national orchestra performing a Balla et ses Balladins song at the 1st Pan-African Cultural Festival held in Algiers in 1969. - SaraÀ l'origine « Sara » était une histoire chantée. La chanson s'est détachée du récit ; elle est devenue une chanson pour amante fidèle. Ensuite, à partir de l'ambiguïté du terme « Sara » la chanson a encore évolué, car de nos jours, « Sara » glorifie l'homme qui honore son serment... Lire la suite.

[retour]
 
 
 

[Précédent] [Accueil] LNB [Recherche]

 
 

Discography of Balla et ses Balladins Band

 

Français 

 
 

 

Balla et ses Balladins (also known as « Orchestre du Jardin de Guinée ») were a dance-music orchestra formed in Conakry, Guinea in 1962 following the break-up of the Syli Orchestre National, Guinea's first state-sponsored group. Also called the Orchestre du Jardin de Guinée, after the « bar dancing » music venue in Conakry that still exists today, the group made a number of recordings for the state-owned Syliphone label and become one of the first modern dance musical groups in Guinea to use traditional musical instruments and fuse together traditional Guinean folk music with more modern influences.

 

« The group was named after their leader trumpet player Balla Onivogui, who was born in 1938 in Macenta, a small town in south-east Guinea and was a student at a conservatory in Senegal before being recruited to play in the Guinea independence celebrations in 1959. He quickly became a member of the state's leading orchestra, the Syli Orchestre National, who were tasked with working with music groups throughout Guinea to train them to play the traditional musics of the country. In order to expand this programme the government split the orchestra into smaller units, one of which under the leadership of Balla became Balla et ses Balladins and held a residency at the Conakry nightspot Jardin de Guinée. (The other group emerging from the split was the equally renowned Keletigui Et Ses Tambourinis.)

 
balla et ses balladins
 
from left to right, standing :
Bamba Kourouma (bass)
Abdou Camara (drums)
Pivi Moriba (trombone)
Balla Onivogui (trumpet)
Amadou Thiam (congas)
Fodé N'Diaye Soumah (tenor sax, flute)
Sankumba Diawara (guitar)
from left to right, seated :
Manfila "Soba" Kanté (vocals)
Sékou "Le docteur" Diabaté (guitar)
 
source : http://www.radioafrica.com.au
 

Les Balladins made a number of recordings for the state-owned Syliphone label, which was founded in 1968. The group also toured abroad representing Guinea and some members worked as backing musicians for Miriam Makeba when she lived in Guinea in the 1970s. In 1970 Balla had a falling-out with some government officials and was briefly replaced as leader by his friend and trombone player Pivi Moriba, to be restored following the intervention of president Sékou Touré himself.

 

Guinea suffered a series of economic crises in the 1970s and in 1983 the national orchestras were all established as private concerns. In 1984, President Sekou Toure died, and the Syliphone label ended. Balla et ses Balladins continued to play during the Lansana Conte era, and when Balla Onivogui retired in the late 1990s his group recruited new musicians and still performs in Conakry.

 

Balla Onivogui died from a heart attack on 15 March 2011 in Conakry at the age of 75. »

source : Wikipedia
 

In the Balla et ses Balladins, great artists such as Sekou Bembeya Diabate (lead guitar), Manfila Kanté (lead guitar and vocals), Kemo Kouyaté (rhythm guitar), Famoro Kouyaté (bass guitar), expanded their fames ; as the time of the band has ended in the last Eighties, most of its members ran out in a solo career, each in their own style, and created famous albums.

 

« Definitely, it is impossible for me to imagine a big electric dance band from Africa, or anywhere else on Earth for that matter, better at conjuring a mood than Balla et ses Balladins. » Barry Eisenberg, Beat Magazine.

 
Jardin de Guinée : 1967, © 2006 réed. Stern's Music
  Balla & ses Baladins, The Syliphone Years: 1968-1980, © 2000 réed. Stern's Music
  Balla & ses Baladins, Objectif Perfection © 1993, réed. Stern's Music PAM/ADC
 
[back]  
 

 [Previous] [Home] [Search]