SARA

English 

 
Autres appellations / graphies rencontrées : Kankelentigui
 
Type d'interprétation et d'accordature spécifique sur la kora :
 
Cet air se joue généralement en SautaEn savoir plus sur l'accordature Sauta..., en HardinoEn savoir plus sur l'accordature Hardino... ou en Tomora MesengEn savoir plus sur l'accordature Tomora Meseng...  
 

Aquarelle de Christiane Javaux - Jeune malienne d'après une photo de Lydia Vall de Perez

dot « À l'origine « Sara » était une histoire chantée. La chanson s'est détachée du récit ; elle est devenue une chanson pour amante fidèle. Ensuite, à partir de l'ambiguïté du terme « Sara » la chanson a encore évolué, car de nos jours, « Sara » glorifie l'homme qui honore son serment ». (1)

 
source : Massa Makan Diabaté, Janjon et autres chants populaires du Mali, [bibliographie]

 

dot La grande jèlímusow« jèlí », pluriel « jèlílu », féminin « jèlímusow » est le mot malinké qui désigne le griot... Lire la suite. malienne, Siramori DiabatéSiramory Diabaté (v. 1925 ~ 16 Octobre 1989) est issue d'une famille prestigieuse des griots de Kela, berceau des traditionistes maliens... Lire la suite.  a si souvent et si bien incarné cette chanson qu'elle est devenue, non seulement, un hymne féministe mais aussi une sorte de signature.

 

dot En effet, « Sara » raconte comment une jeune fille, amoureuse d'un jeune homme mais promise par ses parents à un fiancé, parvient à se défaire de l'obligation de ce mariage forcé. Elle prétexte un mal de ventre, et ce mal devient réel et incurable, malgré toutes les médecines de tous les guérisseurs divers qui défilent à son chevet. Le mariage prévu est alors annulé. L'amour est sauf.

 

dot En interprétant « Sara », Siramori DiabatéSiramory Diabaté (v. 1925 ~ 16 Octobre 1989) est issue d'une famille prestigieuse des griots de Kela, berceau des traditionistes maliens... Lire la suite. qui aimait à dire que « la femme est le pilier de la société et la famille le ciment de la société », parvint à concilier, selon Jan Jansen, l'ethnomusicologue qui a recueilli auprès d'elle les paroles du chant et l'a traduit en anglais (en Janvier 1989, l'année de son décès), les contraintes de la tradition et d'une société régie par les codes stricts de la religion musulmane et le désir de liberté et d'émancipation des femmes maliennes dans les années 50.

 
source : Jan Jansen - Tribute to Siramori Diabate (1996) - Research in African Literatures - Traduction LNB
 

dot Beaucoup d'artistes de tradition mandingue ont chanté « Sara ». Le groupe de Balla et ses Balladins a popularisé « Sara » sur les albums en l'interprétant de manière moderne.

________
Notes
 
(1) N.D.A. [Massa Makhan Diabaté] « Sara en malinké signifie le paiement, ou le charme, ou est un prénom féminin, suivant l'intonation » [retour au texte]
 

dot Interprètes célèbres du chant  « Sara » :

 
  Sira Mori Diabaté,  Sira mori Siramory Diabaté (v. 1925 ~ 16 Octobre 1989) est issue d'une famille prestigieuse des griots de Kela, berceau des traditionistes maliens... Lire la suite.- 1989 © Syllart / Mélodie - K7 83106
  Balla & ses Baladins, The Syliphone Years : 1968-1980
 
[retour
 

Siramory Diabaté - Sara - Youtube - Ajoutée par bakarykaba le  23 janv. 2012

 

MangalaMamoutou Camara dit Mangala est né en 1960 à Kéniéba près de Kayes (Mali). Fils d'un commerçant-ancien militaire dans l'armée française et d'une comédienne-danseuse, il commence sa carrière musicale dès 8 ans, malgré l'opposition de sa famille... Lire la suite - Sara Kankeletigui - Feat Yakhouba Sissokho & Lansiné Kouyaté

 
 

[Précédent] [Accueil] LNB [Recherche]

Art of jeli | History  | Teachers | Kora | Bibliography | Songs | Discography | Musics | Cultures

SARA

Français 

 
 
Others writings : Kankelentigui
 
Ways of playing and tunings : Sauta, Hardino or Tomora Meseng More about Tomora Meseng scale
 

Aquarel of Christiane Javaux - Jeune malienne d'après une photo de Lydia Vall de Perez

dot « In the beginning, « Sara » was a story which was sung. The song split of the story ; it became a song for faithful lovers. Then, because of many dubious meanings of the word « Sara », the song changed again ; today, « Sara » is devoted to the man who realized his promise.  »(1)

 
source : Massa Makan Diabaté, Janjon et autres chants populaires du Mali - Translation LNB [bibliography]

 

dot The great Malian jèlímusowa jèlí (plural, jèlílu, jèlímusow, feminine) is a bard, loremaster, and praise-singer in the Manding areas whose functions are story-telling, speaking about lineages, singing and playing music as he want and hear it... Read more., Siramori Diabaté has so often performed that song that it became, not only a feminist anthem but also, in a certain way, her signature.

 

dot Indeed, « Sara » tells how a young bride loved a young man but who was forced to be married to an another man by her parents, escaped successfully that forced marriage. She pretended a stomach ache, then that disease became true and incurable, even though all medecines of all doctors trying to heal her. The marriage has to be broken. Her love was safe.

 

dot Performing « Sara », Siramori DiabatéSiramory Diabaté (v. 1925 ~ October, 16, 1989) is hailing from great line of griots from Kela, craddle of Malian traditionists. That group of jèlílu is particularly recognized for the narrations of the Sundjata epics... Read more.  who used to say that « the woman is the stepping stone of the society and the family a cement of the society », succceded to conciliate, on the opinion of Jan Jansen ethnomusicologist, who recorded and translated the verses of the entire song from the diva (in January 1989, just before she died), the harsh laws of the tradition and a society ruled mainly par Moslim religion, and freedom and emancipation desires of Malian women in the 50s.

 
source : Jan Jansen - Tribute to Siramori Diabate (1996) - Research in African Literatures - Translation LNB
 

dot Many Manding artists have sung « Sara ». The Balla et ses Balladins band popularized the song, modernizing it.

 

dot Famous performers of « Sara » :

 
  Sira Mori Diabaté, Sira Mori - 1989 © Syllart / Mélodie - K7 83106
  Balla & ses Baladins, The Syliphone Years : 1968-1980
 
________
Notes
 
(1) Note by Jan Jansen, Tribute to Siramori Diabate (1996): « Sara » is the name of a girl. However, the word « sara » refers to many other words that - with slight tonal differences - have to do with the things that happen in the song (see Dumtjer). « Sara » = « death », « furu sara » - the marriage ended in divorce, « sàra » = say goodbye, « sàra » - delightful, attractive, sarati - agreement, meeting. Therefore, Sara's name is the point of departure for many puns by Siramori. [back to text]
 
[back
 

 [Previous] [Home] [Search]