SIMBO

English 

 
Autres graphies rencontrées : Sinbon -Simbong - Simbonba - Boloba
 
Type d'interprétation et d'accordature spécifique sur la kora :
 
Cet air se joue en Tomora MesengEn savoir plus sur l'accordature Tomora Meseng..., en Sauta ou en Sila BaEn savoir plus sur l'accordature Silaba...

 

dot «Simbo» est un des chants les plus célèbres de la tradition classique du Mandé. On connaît cet air aussi sous le titre de « L'Hymne à l'Arc ».

 

dot À l'origine, le « simbo » est le sifflet du chasseur. Par métonymie, il a fini par désigner le chasseur lui-même, puis le « Chasseur » par excellence, SoundjataSundjata est le chant le plus célèbre de la tradition mandingue. On connaît cet air aussi sous le titre de L' Hymne à l'Arc ou encore Simbo. Sundjata est le chant tiré du panégyrique Sundjata [faassa] consacré au fondateur de l'Empire du Manden... Lire la suite..

 

dot À cette association d'idées, une autre cause légendaire peut être évoquée : en effet, le « simbo » (ou « soumbo ») reste attaché à la figure légendaire de Mamady Kani [Konaté] dit Kanimany (ou Kanimané), roi originel du Manding naissant. La légende veut qu'il ait eté le fils de Bilal, esclave noir du prophète Mohamed. Ce même Bila(h)l(i) serait devenu par la suite, grâce à sa voix particulèrement belle, le premier muezzin de l'Islam.(1)

dot Très grand chasseur et guérisseur, il inventa ce siflet de chasse particulier à l'aide duquel il entrait en communication avec les génies de la brousse.

Roi expansioniste, on suppose qu'il étendit le royaume naissant du Mali du Sankarani jusqu'au Bouré, obtenant ainsi pour le Manding le contrôle des mines d'or.

 

L'historien Djibril Tamsir Niane nous précise :

« Mamadi Kani selon la tradition fut un grand amateur de chasse, ainsi que ses fils ; il fit le pèlerinage à la Mecque et fut pillé par des brigands sur le chemin du retour ; il s'égare dans le désert et revint au Manding quand on ne l'attendait plus. Il est le premier prince à propos de qui on parle de pèlerinage, je ne suis pas loin de l'identifier avec Baramandana qui fit le pèlerinage en 1050 (cf. Al Bekri. Description de l'Afrique Septentrionale). Après le pèlerinage il aurait sans doute pris le nom de Mohammed qui se dit Mamadi en Malinké. »

 
source : Djibril Tamsir Niane, Recherches sur l'Empire du Mali au Moyen Age, N° 1, janvier 1959.

 

dot Kanimany eut trois fils, devenus trois chasseurs légendaires du Mandingue - souvent évoqués dans les chants panégyriques, Lawali Simbo (dit aussi « Bamari Tanyongon Simbo »), Kaninyongo Simbo, et Kani Simbo qui s'établirent dans la région de Farakoro au Mande. (1)

 

dot À noter que selon les versions du chant, le nombre de ses fils célèbres varie de trois à quatre (alors est évoqué Furugnyongon Simbo) mais le nombre de trois apparaît plus souvent.

 

dot Parmi ces trois fils, seul Kaninyongo Simbo lui succéda - après la dispute sur l'or et les héritages entre les frères qu'il régla. Cependant, d'autres traditions - dont celle rapportée par Djeli Mamadou Kouyaté, le narrateur de D.T. NIANE, Soundjata ou l'épopée mandingue - affirment que c'est Lawali Simbo (dit "Bamari Tanyongon Simbo") qui aurait succédé à son père sur le trône.

 

dot Quoiqu'il en soit, trois générations plus tard, le descendant de Kanimany se nommait Naré Maghan Kon Fata Konaté, dit Frakro Maghan Keïgni (Maghan de Frakro « le Bel »), père de SoundjataSundjata est le chant le plus célèbre de la tradition mandingue. On connaît cet air aussi sous le titre de L' Hymne à l'Arc ou encore Simbo. Sundjata est le chant tiré du panégyrique Sundjata [faassa] consacré au fondateur de l'Empire du Manden... Lire la suite.. Voilà pourquoi, «l'Hymne à l'Arc» est proche de l'air «SundjataSundjata est le chant le plus célèbre de la tradition mandingue. On connaît cet air aussi sous le titre de L' Hymne à l'Arc ou encore Simbo. Sundjata est le chant tiré du panégyrique Sundjata [faassa] consacré au fondateur de l'Empire du Manden... Lire la suite. [faassa] », puisque de fait, « L'Hymne à l'Arc » inclut très souvent au moins une partie du panégyrique (« faassa ») de l'unificateur du Manden.

 
_______
Notes
 
(1) : Voir la généalogie de Soundiata [retour au texte]
 

dot Interprètes célèbres du chant :

 
  Soundioulou CissokhoNé en 1921 à Ziguinchor en Casamance, Kémokho Kandara Bamody Cissokho dit « Soundioulou » Cissokho était le fils du virtuose korafolá, Kimintang Cissokho dit « Bah Djaly », célèbre jéli  du roi Abdou Ndiaye, et de Caroline Da Silva, descendante d'un roi et d'une princesse de Guinée-Bissau... Lire la suite., Folkore du Sénégal, 1977, réed. Cantos 2010
  Lalo Keba Drame, Hommage à Lalo Keba DrameLalo Keba Dramé, né en Gambie, fut un korafolá très célèbre en son temps, admiré par tous les grands de son monde (même la reine d'Angleterre !... Lire la suite., 1979, Sonafrica
  Alhaji Bai Konte : Kora Melodies : Music from Gambia, West Africa, 1979
  Gambie, L'Art de la kora, Jali Nyama Suso, © Ocora Radio France, 1996
 
[retour
 
 

SIMBO

Français 

Others writings : Simbong - Simbonba - Boloba
 
Way of playing and specific tuning : Tomora Meseng More about Tomora Meseng scale, Sauta or Sila BaMore about Silaba scale 
 

dot « Simbo » is one of the most famous songs of the Mandenka traditionist folksongs.

 

This tune is also known as « The Anthem of the Bow ».

 

dot Initialy, the « simbo » is the whistle of the Malinke hunter. By metonymy, the word ended up meaning the hunter himself, then especially « The (Famous) Hunter », SundjataSundiata faasa is the most famous song of the Manding tradition. This song is also known under the title of The Anthem of the Bow or Simbo... Read more.

 

dot Thus, it is not unfair to evoke here an another legendary cause to the link between Sundjata and the epic song of « Simbo » : indeed, the «simbo» or « soumbo » is still linked to the legendary Mamady Kani [Konate] also called Kanimany (or Kanimane), first mythic king of the new Manding kingdom. Legend has on it that Kanimany was the son of Bilal, the first Black slave of prophet Mohamad.(1)

That man called Bilal(h)l(i), became, at last, the first "muezzin" of the Moslim religion.

 

dot Great hunter and witch-healer, he would have created a special hunting whistle and with that kind of whistle he would communicated with the savannah genii.

 

dot As an expansionist king, he is supposed to have extended the first kingdom of Mali from Sankarani to the Boure, taking over control on the gold mines for the account of Manding area.

dot He got three sons, three legendary hunters of the Manding - often recalled in panegyristic songs, Lawali Simbo (alias Bamari Tanyongon Simbo), Kaninyongo Simbo, and Kani Simbo and they established themselves in the Farakoro area (old Manding). (1)

dot Among these three sons, only Kaninyongo Simbo succeed to Kanimany - after the fight for the gold between the heirs. But according to some others traditional sources, such as Djeli Mamadou Kouyate, the story teller of D.T. NIANE, Sundiata, an Epic of Old Mali, [bibliography]- it was Bamari Tanyongon Simbo or Lawali Simbo who inherited the throne, succeeding to his father.

 

dot However, threee generations after, Bamari Tanyongon Simbo alias Lawali Simbo grandson was born as Nare Maghan Kon Fata Konate, called Frakro Maghan Keïgni (Maghan « the Beautiful »), the father of SundjataSundiata faasa is the most famous song of the Manding tradition. This song is also known under the title of The Anthem of the Bow or Simbo... Read more.

 

dot That's the reason why, « The Anthem of the Bow » is very close to the tune «SundjataSundiata faasa is the most famous song of the Manding tradition. This song is also known under the title of The Anthem of the Bow or Simbo... Read more [faassa]» ; indeed, «The Anthem of the Bow» often includes the panegyric (faassa) of the unifier of Manden.

 

dot Famous performers of the song :

 
  Soundioulou Cissokho, Folkore du Sénégal, 1977, réed. Cantos 2010
  Lalo Keba Drame, Hommage à Lalo Keba, 1979, Sonafrica
  Alhaji Bai Konte : Kora Melodies : Music from Gambia, West Africa, 1979
  Gambie, L'Art de la kora, Jali Nyama Suso, © Ocora Radio France, 1996
 

______

Notes
 
(1) Soundiata's genealogy. [back to text]
 
[back
 

 [Previous] [Home] [Search]