Sory Kandia Kouyaté

 

English 

Video
 

Grand Maître Griot, chanteur, musicien et compositeur (1937 - 1977).

 

Albums les plus connus :

 
  Sory Kandia Kouyaté, L'épopée du Mandingue vol.1, Syliphone
  Sory Kandia Kouyaté, L'épopée du Mandingue vol.2, Syliphone
  Sory Kandia Kouyaté, Tour d'Afrique de la Chanson, Syliphone
 

Sory Kandia Kouyaté est un immense artiste guinéen qui connut une gloire internationale. Je ne le connais guère que par le récit que mon père m'a fait de son amitié avec cette véritable légende ; plutôt que de parler à tort de ce si grand Maître de la tradition Mandingue, je propose :

dot le récit inédit de la rencontre de M. Amadou Berté, mon père, avec Sory Kandia Kouyaté

 

dot une synthèse des légendes et des origines historiques du patronyme clanique « Kouyaté ».

voyez le site de Justin Morel

 
 

L'origine du patronyme clanique « Kouyaté »

 

Sory Kandia Kouyaté appartient à la très célèbre famille des griots Kouyaté, descendants de Bala Fasséké Kouyaté, le premier griot du Mandingue.

 

dot La légende raconte que Bala Fasseké, à l'origine, était le griot attitré de Soundjata. Alors qu'il était en mission auprès du roi du Sosso, Soumaworo Kanté, l'ennemi de SundjataSundjata est le chant le plus célèbre de la tradition mandingue. On connaît cet air aussi sous le titre de L' Hymne à l'Arc ou encore Simbo. Sundjata est le chant tiré du panégyrique Sundjata [faassa] consacré au fondateur de l'Empire du Manden... Lire la suite., Bala Fasséké, irrésistiblement attiré par un instrument étrange (une sorte de xylophone, le bala), entra par curiosité dans la chambre du roi et se mit à jouer aussitôt de cet instrument. En effet, «le griot a toujours un faible pour la musique, car la musique est l'âme du griot» (D.T. NIANE, Soundjata ou l'épopée mandigue).

 

dot Alerté par les sons divins et inouïs issus de son instrument, Soumaworo Kanté se précipita dans sa chambre et vit le griot. Alors, lui reprochant son effraction, mais charmé par le nouvel air que Bala Fasséké improvisa pour lui, il le retint prisonnier. Ce fut le motif de la guerre ouverte entre le roi spolié Sundjata et le roi-sorcier Soumaworo Kanté.

 

dot La légende ajoute que Soumaworo lui sectionna les tendons des talons, pour l'obliger à rester désormais à son service ; puis, il lui donna ces (sur)noms :« (é) Bala Fa Sé Ké », c'est-à-dire « (toi) qui sais faire parler le bala » et «(An) Ku Yan Té », c'est-à-dire : « de cela, nous ne pouvons pas parler » autrement dit « nous avons un secret »; ce patronyme fut francisé en « Kouyaté ». Ce dernier surnom devint le patronyme clanique de tous les descendants de Bala Fasséké.

 

dot Cependant, certains griots et traditionistes font remonter le patronyme clanique de « Kouyaté », ou « Kwâtè » au premier ancêtre fondateur, « Djakouma (Le Chat) Doko Doua », père de Bala Fasséké (Youssouf Tata Cissé, Wâ Kamissoko, Soundjata la gloire du Mali, Tome 2 - [bibliographie]).

 

dot Aujourd'hui encore dans les pays de tradition Mandé, de nombreux Kouyaté sont des griots ou des artistes ; eux seuls, quand ils se destinent dans cette voie, deviennent aptes à narrer l'histoire et les origines du Mandingue.

 

dot Le narrateur de Soundjata ou l'épopée mandigue se nomme Djeli Mamadou Kouyaté.

 

Lors des cérémonies officielles, les Kwâtè clament haut et fort leur supériorité dans la « ñàmàkáláya  » (ensemble des gens de caste). C'est le cas notamment, à travers le chant « Lamban ».

 

L'origine du patronyme clanique : «Kanté »

 

Sory Kandia Kouyate - Souaressi from La Voix de la Revolution - SternsMusic

Sory Kandia Kouyate - Lamban from L'Epopée du Mandingue vol.2

 
[retour]
 
 

[Précédent] [Accueil] LNB [Recherche]