MAMADOU BITIKI

English 

 
 
Autres graphies : Mamoudou Boutiqui - Bitiqui - Seidiba
 
Type d'interprétation et d'accordature spécifique :
 
Cet air se joue généralement en Sila Ba, en SautaEn savoir plus sur l'accordature Sauta... ou en Tomora MesengEn savoir plus sur l'accordature Tomora Meseng... 
 

"Marchand woloff Ndiay" - Abbé Boilat : Esquisses sénégalaises (1853) © Bnf - Gallica

dot Mamadou Bitiki est le surnom que les griots donnèrent à un riche commerçant guinéen. En effet, ce dernier possédait à Kouroussa (Guinée) une grande « boutique » (le mot «boutique» n'existant pas en Malinké, il devint naturellement « bitiki»).

 

dot M. Kaba indique une autre étymologie - conjointe - pour le mot "Bitiki" : selon lui, « le mot «bitiki» est une déformation de «boutique» qui désignait une «maison en dur» ; en effet, toujours selon Mamadi Kaba, « aux premières heures du régime colonial, ce riche marchand fut le premier à se construire une maison en dur. »[bibliographie]

 

dot Ce commerçant aimait tant être l'objet d'éloges par les griots qu'il se ruina en largesses à leur égard tant et si bien qu'il mourut dans une extrême pauvreté. « Les griots, en retour de ses bienfaits, ont consacré cette chanson à sa mémoire. »

 
source : commentaire du livret du disque Cordes anciennes, Buda Records, réunissant  Sidiki Diabaté, Jeli Madi SissokoAprès la 2ème guerre mondiale, la kora fut popularisée au Mali, et dans l'ensemble du monde, par Sidiki Diabaté et Jeli Madi Sissoko... Lire la suite., Batourou Sékou KouyatéBatrou Sekou Kouyaté fut un très grand korafolà du Mali... Lire la suite. et N'Fa Diabaté).
 

dot Assez récent (début-milieu du XX° siècle), cet air aux accents bluesy qui exploite le thème du destin, et dont le thème musical est, selon les griots traditionalistes, emprunté aux rythmes peulhs, plut fort aux Malinkés et fut souvent interprété.

 

dot Aujourd'hui encore, les griots le chantent pour mettre en garde leur patron ou mécène («djátigui»)- souvent surnommé pour l'occasion « S(e)idi Ba » - de leur trop grande prodigalité ou des aléas du monde des affaires.

 

dot Interprètes célèbres du chant « Mamadou Bitiki » :

 
  Kemo Conde, Soumankoï, © 2001 Kassak/ SYLLART Productions
  El Hadj Djeli Sory Kouyate, Anthologie du balafon mandingue, © 1998 Buda - vol.2
  Mali : Cordes Anciennes, © 1970 Buda Records - 2000 rééd. - 1977822
 

Bintan Kouyaté (fille de Siramori DiabatéSiramory Diabaté (v. 1925 ~ 16 Octobre 1989) est issue d'une famille prestigieuse des griots de Kela, berceau des traditionistes maliens... Lire la suite. ) chante Mamadou Bitiki
Mis en ligne par Ina Fatoumata Kebe le 21 juil. 2013
© Youtube

 
 
[retour]
 

[Précédent] [Accueil] LNB [Recherche]

 

Art of jeli | History  | Teachers | Kora | Bibliography | Songs | Discography | Musics | Cultures

MAMADOU BITIKI

Français 

 
Others writings : Mamoudou Boutiqui - Bitiqui - Boutiki - Seidiba
 
Way of playing and specific tuning : Sauta or Tomora Meseng More about Tomora Meseng scale
 

"Marchand woloff Ndiay" - Abbé Boilat : Esquisses sénégalaises (1853)© Bnf - Gallica

dot Mamadou Bitiki is the nick-name the jèlílujèlílu (plural, jèlílu) are bards, loremasters, and praise-singers in the Manding areas whose functions are story-telling, speaking about lineages, singing and playing music as they want and hear it. gave to a rich merchant from Guinea. Indeed, that man held in Kouroussa (Guinea) a great shop («boutique”, in French) ; for the word « boutique » does not exist in the Mandenka tongue, it became « bitiki ».

 

dot M. Kaba indicates an another - similar - etymology for the word « Bitiki » : following him, «the word « bitiki » is a deformation of [the french word] « boutique » that means house builded in hard stuff ” ; indeed, following Mamadi Kaba, «in the colonial time”, that « rich merchant was the first to buid for himself a house in hard stuff. ” [bibliography].

 

dot Mamadou « Bitiki » was so pleased to be praised by the jèlílua jèlí (plural, jèlílu) is a bard, loremaster, and praise-singer in the Manding areas whose functions are story-telling, speaking about lineages, singing and playing music as he want and hear it... Read more. so he made too many presents to them that he died very hard poor.
The griots, in return for his benefits, dedicated this song to his memory.

 
source : booklet commentary of Ancient Strings, Buda Records, Sidiki Diabate, DjeliMadi Sissoko, Batourou Sekou Kouyate and N'Fa Diabaté).

dot Today, jèlílua jèlí (plural, jèlílu) is a bard, loremaster, and praise-singer in the Manding areas whose functions are story-telling, speaking about lineages, singing and playing music as he want and hear it... Read more. use to sing that song to keep out their «djátigui a (d)jatigui is a patron or a family ; in honor of him (them), in exchange for benefits and a certain material comforts, the griot should use to sing, at will, his praise and eulogy of his clan... Read more.» - often called according circumstances «S(e)idi Ba» (great man) - from lavishness or to beware them about hasards of business trade.

 

dot Recently created (near XX°), that blues-like tune, pleased very much to the Malinke people and it has been performed many times.

 

dot Famous performers of Mamadou Bitiki's song :

 
  Kemo Conde, Soumankoï, © 2001 Kassak/ SYLLART Productions
  El Hadj Djeli Sory Kouyate, Anthologie du balafon mandingue, © 1998 Buda - vol.2
  Mali : Cordes Anciennes, © 1970 Buda Records - 2000 rééd. - 1977822
 
[back]