SUBA

English 

 
   
Autres graphies rencontrées : Sùbà - Siiba - Souba - Soubaga - (Sûba ni) Mansaya
 
Type d'interprétation et d'accordature spécifique sur la kora :
Cet air se joue généralement en Sila Ba, en SautaEn savoir plus sur l'accordature Sauta... ou en HardinoEn savoir plus sur l'accordature Hardino...
 

dot Ce chant célèbre les vertus de l'action. La tradition en fait remonter l'origine à la fin du règne de SoundjataSundjata est le chant le plus célèbre de la tradition mandingue. On connaît cet air aussi sous le titre de L' Hymne à l'Arc ou encore Simbo. Sundjata est le chant tiré du panégyrique Sundjata [faassa] consacré au fondateur de l'Empire du Manden... Lire la suite.Sundjata est le chant le plus célèbre de la tradition mandingue. On connaît cet air aussi sous le titre de L' Hymne à l'Arc ou encore Simbo. Sundjata est le chant tiré du panégyrique Sundjata [faassa] consacré au fondateur de l'Empire du Manden... Lire la suite..

 

dot En effet, la légende rapporte que cette chanson fut composée par le griot légendaire Kalajula Sangoï «Tubaka» Diabaté pour annoncer à Soundjata un affront que le roi des Sérères, Bassi Couloubaly Fall (mais d'autres traditions parlent de Ndiadiane Ndiaye) dit « Jolofin Mansa » (le roi des Djolofs = Wolofs), aurait fait aux messagers de SoundjataSundjata est le chant le plus célèbre de la tradition mandingue. On connaît cet air aussi sous le titre de L' Hymne à l'Arc ou encore Simbo. Sundjata est le chant tiré du panégyrique Sundjata [faassa] consacré au fondateur de l'Empire du Manden... Lire la suite., leur dérobant l'or destiné à l'achat de chevaux.

Cette insolence fut un « casus-belli » et à l'origine de la longue campagne vers l'Ouest de Tiramankhan, général de Soundjata, où il fondera les bases du futur royaume florissant du N'Gabu. C'est à ce moment aussi que fut complété le Tiramaghan faasa« Tira Maghan » est le chant tiré du panégyrique « Tira Maghan faassa » consacré au héros chasseur, archer émérite, allié du fondateur de l'Empire du Manden, Soundjata... Lire la suite. ou devise panégyrique de Tiramanghan.

 

dot Le mot « sûba » en lui-même signifie : « puissance, génie tutélaire nocturne» ou incarnation de cette puissance, c'est-à-dire « sorcier de nuit ».

 

Dans le chant, le mot « suba » est associé au terme « mansaya » (la royauté), ce qui induit un débat entre le pouvoir temporel et la puissance spirituelle, la force physique et la sorcellerie.

 

dot Par ailleurs, selon l'intonation, le mot « suba » se charge de connotations opposées ; il peut évoquer la force ou la faiblesse, la grandeur ou la bassesse, etc. Une sentence à valeur allégorique du chant dit : « A-t-on jamais vu la chèvre mordre le chien ? »

 

Sory Kandia Kouyaté - Siiba - mis en ligne par Aboubacar Siddikh

 
 
 

[retour]

 

[Précédent] [Accueil] LNB [Recherche]

 

Art of jeli | History  | Teachers | Kora | Bibliography | Songs | Discography | Musics | Cultures

SUBA

Français 

 
   
Others writings : Sùbà - Souba - Soubaga - (Sûba ni) Mansaya
 
Way of playing and specific tuning : Sila BaEn savoir plus sur l'accordature Silaba...Sawta or Hardino 
 

dot This song celebrates the power of action. Tradition traces back the origin of this song at the end of the reign of Sundjata.

 

dot Indeed, legend tells that it was composed by Kalajula Sangoï "Tubaka" Diabate in order to announce to Sundjata an affront that the King of the Serers, Bassi Couloubaly Fall (but others traditions tell about Ndiadiane Ndiaye) so-called «Jolofin Mansa» (the king of the Djolofs = Wolofs), would have done to messengers of Sundjata, when he stole the gold for buying horses.

 

dot That act of insolence was a « casus-belli » and the starting point of the long campaign towards West by Tiramankan, general of Sundjata, where he settled the foundations of the flourishing kingdom of N'Gabu. It is also at that time that the Tira Makhan faasa (or praising song devoted to Tiramanghan) had been created.

 

dot The word « suba » by itself means : « power, genius guardian of the night » or incarnation of this power, i.e. : « dark sorcerer of the night ». In this song, the word «suba» is always linked to the concept « mansaya » (the kingship), that infers a debate between the temporal and spiritual power, the strength and the witchcraft.

 

dot In other hand, because of changing intonations, the word « suba » should have on it opposite connotations ; it may evoke strength or weakness, greatness or lowness, and so on. That's why, for example, a proverb of the song says : « did you ever seen the goat biting the hound ? »

 
[back
 

 [Previous] [Home] [Search]